PORTRAIT DU JOUR : Zakaria Bouhoura 🎥

Zakaria Bouhoura est un jeune scénariste et réalisateur de courts-métrages au sein de
l’équipe Môm’artre. C’est l’un de nos artistes intervenant durant les temps d’activité
périscolaire (TAP) dans deux écoles parisiennes. Chaque Mardi et Vendredi il anime, de
manière ludique et créative, des ateliers « Cinéma en action » auprès de groupes d’enfants
de 6 à 11 ans.

 

Nous l’avons interviewé sur ses ateliers :

Interviewer (I) : Zakaria, qu’est ce qui t’as donné envie d’intervenir dans les écoles, présenter ton métier et transmettre tes compétences aux enfants ?

Zakaria (Z) : Je donnais déjà des cours d’écriture de scénario et de montage vidéo durant
mes dernières années d’études de cinéma. Ce rapport à l’échange et la transmission m’a beaucoup marqué, j’en garde une belle expérience. Et c’est dans cette même volonté que j’ai décidé de sensibiliser les enfants au cinéma.

I : D’après toi et d’un point de vue général, quel est l’intérêt pour les enfants comme pour les
artistes de mener des ateliers artistiques au sein des écoles ?

Z : Les métiers du cinéma ne sont pas forcément connus par les enfants. Les sensibiliser très
tôt permet d’une certaine manière de les mettre « dans le bain ». Et si par la suite, certains
d’entre eux continuent à pratiquer en faisant des petits films et se découvrent une vocation,
j’en serais très heureux.

I : Quels apports un atelier d’initiation aux métiers du cinéma offre aux enfants ?

Z : Au-delà d’une possible vocation, à court terme cela leur permet d’enrichir et de solliciter
leur créativité. Ils apprennent aussi à travailler en groupe et développent une certaine
capacité d’écoute.

I : Afin de mener cet atelier, tu travailles en binôme avec un co-animateur. Comment vous
répartissez –vous les rôles ?

Z : Nous divisons l’atelier en deux. Le premier groupe tourne une séquence de film avec moi
pendant que les autres préparent la séquence suivante avec mon co-animateur. Ensuite
nous inversons les groupes, ce qui permet à chaque enfant d’avoir la possibilité de s’essayer
à différents postes : comédien, mise en scène, l’utilisation d’une caméra et le cadre.

I : Peux-tu nous décrire le déroulé d’un atelier « Cinéma en action » ? Comment les enfants
font connaissance avec les métiers du cinéma ?

Z : Les premières séances de l’atelier sont consacrées à la création de l’histoire et à l’écriture
(simplifiée) du scénario. Ensuite le système de roulement mis en place avec mon co-
animateur permet aux enfants de découvrir, via la pratique, certains métiers du cinéma.

I : Comment sont choisies les thématiques/histoires que les enfants vont tourner ?

Z : Les enfants sont entièrement libres. Je les accompagne et les oriente sur les sujets qu’ils
choisissent et qu’ils désirent mettre en scène.

I : Au sein de ces ateliers, essaies-tu d’aborder avec les enfants des sujets sociétaux tels que
l’égalité filles/garçons, l’inclusion, l’écologie ? Si oui, comment ?

Z : Durant l’écriture et la réalisation du film toutes ces questions sont soulevées. Les enfants
sont conscient du monde qui les entoure, ils en parlent, ça les anime et même si cela n’est
pas forcément le cœur de leur film, c’est à travers ce questionnement qu’ils fabriquent cet
objet (le film) ensemble.

Liker :
X