Retour sur l’atelier : carnets de rêves, à la manière d’Yves Klein

CARNETS DE RÊVES, A LA MANIÈRE D’YVES KLEIN
Réalisation d’un livre d’artiste personnel sur papier d’art et au format Leporell

Article écrit par Alexandra Di Folco, artiste à Môm’Frenay

Surtout connu pour avoir créé son propre bleu l’IKB, International Klein Bleu, Yves Klein est un artiste du nouveau réalisme qui a beaucoup interrogé les codes de l’art mais aussi sa fonction. En donnant toute son  importance à la couleur, mais aussi en utilisant le corps, l’empreinte, et la performance comme révélateur d’art , Yves Klein a apporté un regard neuf, poétique, voire métaphysique à l’art moderne.  Ainsi à la manière de sa « révolution bleue », son oeuvre peut être appréhendée comme celle d’un incorrigible rêveur qui voulait repeindre le monde du bleu du ciel et de la mer alors qu’un peu partout sévissait la guerre. Cet atelier invite les enfants à créer leur propre livre d’artiste « carnet de rêves » à partir de l’univers de Klein et de sa palette originale et poétique.

Carnet de rêve de Sean, détail

 

* Objectifs pédagogiques

Découvrir l’artiste Yves Klein

Réaliser un livre d’artiste

Laisser s’exprimer une créativité personnelle

* Matériaux nécessaires *

Papier d’art, carton de reliure, papier japonais, encres, gouache, papier doré

 

>>> AU FIL DES SÉANCES

Certains enfants connaissaient déjà le peintre Yves Klein, avaient même vu l’exposition à Beaubourg. Les autres ont découvert l’artiste, poète et sa façon de rêver l’art:

– En aimant tant le bleu qu’il voulait faire une « révolution bleu » et repeindre tout de cette couleur
– En peignant des tableaux avec du feu
– En créant sa propre palette avec l’or, le bleu, le rose

Pour trouver le bleu se rapprochant le plus du bleu Klein nous avons peint un nuancier bleu avec du bleu clair, du bleu outremer, du bleu cobalt, du bleu primaire. Les enfants ont déduits que le bleu outremer est celui qui se rapproche le plus du bleu Klein. 

Puis nous avons tenté de reproduire les anthropométries du peintre et ses pinceaux vivantsAinsi nous avons produit des traces avec des parties de notre corps. Klein s’empêchait de faire une empreinte des mains, trace jugée selon lui trop identifiable, trop humaine. Les enfants ont utilisés leurs doigts, coudes, avant-bras afin de créer des empreintes poétiques. 

Pour expérimenter la peinture avec le feu, nous avons, pour des raisons de sécurité évidentes, remplacé le feu par la technique du fusain. Marie, artiste- animatrice est venu nous expliquer comment dessiner avec cet outil fabriqué avec une branche de saule carbonisée. 

Éponge dorée par Léna

La séance sur l’or a été laissée libre et les enfants se sont amusés à peindre de façon spontanée avec une peinture acrylique dorée.

Enfin les enfants ont choisis entre le bleu et l’or pour peindre sur papier de chine ou japon la couverture de leur carnet de rêve.

La dernière séance a été préparée en installant un dispositif de peinture qui s’inspire du Jeu de Peindre d’Arno Stern. Ce dispositif laisse l’entière place à la spontanéité créative de l’enfant et lui permet d’apposer dessin, traces, mots sur le papier selon sa propre respiration.  

 

 

“Un tableau doit créer autour de lui en permanence une profonde joie immense, un grand bonheur illuminé, délirant et suintant, immatériel, de la surface de la toile” Yves Klein

Héloïse et Ninon

Article écrit par Alexandra Di Folco, artiste à Môm’Frenay

Retrouvez plus d’articles sur son blog: http://laparolebuissonniere.tumblr.com/

Liker :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X