Môm’artre, “Ville Maker” : dessiner la ville de demain

Imaginer la ville de demain

ville makerLe 7 février a marqué la sortie d’un ouvrage collectif intitulé “Ville Makers 2019” initié par le directeur général de la banque LCL, Michel Mathieu. Son objectif ? Braquer le projecteur sur les acteurs qui changent la ville au quotidien à travers leurs initiatives originale qui répondent à un enjeu sociétal.

“En 2050, 6,5 milliards d’humains habiteront en ville. Face à l’immensité des enjeux qui s’accumulent dans des territoires métropolitains tentaculaires, une génération de « Ville Makers » met en œuvre des solutions originales pour faire de la ville du XXIème siècle une ville verte, durable, inclusive et agréable.”

Môm’artre a été  choisie avec 9 autres porteurs de solutions pour parler de ses activités, et évoquer le fondement de son action : une éducation artistique et citoyenne comme moyen d’éveiller chaque enfant à la créativité et au pouvoir d’agir, à son échelle.

“Notre force est de chercher à investir des lieux atypiques, avec deux objectifs : ouvrir les enfants à la culture, mais aussi ouvrir la ville aux enfants. La ville de demain se doit d’être accueillante pour tous, les plus jeunes ne doivent plus y être des citoyens de seconde catégorie. Tous les lieux sont susceptibles d’accueillir des enfants, pour y susciter leur curiosité, leur soif d’échanges et de partage, sans compter que l’on finit toujours par toucher les parents. C’est ainsi qu’on transformera ce temps périscolaire en véritable temps citoyen, créatif et coopératif.” Chantal Mainguené, fondatrice de Môm’artre, dans “Ville Makers 2019”

 

Môm’artre ou le pari d’investir des lieux atypiques

En septembre 2019, deux nouvelles antennes Môm’artre verront le jour : Môm’Bondy, en Seine-Saint-Denis, dans un local situé en gare ; et Môm’Italik, au cœur d’un nouveau centre commercial situé place d’Italie (Paris 13). Ces deux nouvelles ouvertures sont des exemples de ce qu’imagine Môm’artre en tant que “Ville Maker”.

Les centres commerciaux

Môm’artre est présente dans les centres commerciaux depuis 2014 avec Hammerson avec La Cabane, qui combine système de garderie et accueil Môm’artre sur les temps périscolaires aux Terrasses du Port à Marseille, à deux pas du quartier populaire de la Joliette.

Septembre 2019 verra l’ouverture d’une antenne dans le nouveau centre commercial situé place d’Italie, Italik, selon une formule similaire.  Les centres commerciaux sont désormais conçus comme un lieu de vie, de rencontres intergénérationnelles, sociales, culturelles, où un service d’accueil d’enfants est un vrai plus pour les usagers.

Les promoteurs immobiliers

Môm’artre est également sollicitée par les promoteurs qui conçoivent la ville de demain en accompagnant les rénovations urbaines et l’émergence de nouveaux quartiers, notamment avec Ceetrus (ex-Immochan), ou encore dans le cadre de l’appel à projets “Réinventer Paris”. Des projets sont ainsi en cours d’élaboration, dans un centre commercial à Epinay-sur-Seine, et également à la Gare du Nord, dont la physionomie devrait grandement évoluer d’ici 2024.

Les gares

Dans l’optique de favoriser la vie quotidienne des familles, Réseau Môm’artre a inauguré une première antenne en gare à Argenteuil en septembre 2017, après avoir remporté le Challenge “Gares partagées” de Gares & Connexions. L’ouverture d’une antenne en gare de Bondy (93) est prévue pour la rentrée 2019.

Les établissements culturels

Depuis 2015, Réseau Môm’artre investit également les établissements culturels. Après une première expérimentation de plus de 2 ans au Théâtre des Bouffes du Nord, l’association a  initié des partenariats avec d’autres lieux culturels emblématiques : le Théâtre National de la Criée & la Friche La Belle de Mai à Marseille ; le Musée d’Arts à Nantes… autant d’initiatives atypiques qui décloisonnent ces institutions culturelles et les ancrent dans le quotidien des enfants et des familles.

 

 

Liker :
X